Allocution de Jean-Jacques Walter à la cérémonie Zellidja 2016

Le monde d’aujourd’hui change,

si profondément que, par son état d’esprit et sa conception du pouvoir, le début du vingtième siècle était plus proche de l’Empire romain que  de nous.  
L’évolution actuelle est fantastiquement rapide par rapport aux siècles précédents, et comme Fabrice del Dongo à Waterloo, nous ne voyons que notre entourage immédiat, sans prendre conscience qu’une radicale nouveauté émerge dans notre monde.

Voici quelques indices. Ils peuvent vous faire soupçonner l’ampleur de la métamorphose en cours :

Pour la première fois depuis tous les millénaires que l’histoire connait, et parmi tous les continents, nous sommes en paix depuis trois générations. Ce n’est pas une paix fragile fondée sur un équilibre politique provisoire, c’est une paix aux profondes racines : plus un Européen ne songe à régler par la guerre un problème entre son pays et un autre pays européen. 
Pour la première fois dans l’histoire du monde, tous les pays d’un continent s’unissent par une volonté commune, sans violence. Ceci est sans exemple dans toute l’épaisseur de l’histoire. La France a été construite par les guerres menées par l’Ile de France, l’Angleterre par celles du comté de Londres, l’Allemagne par la Prusse, l’Italie par la Lombardie, les Etat unis par la Nouvelle Angleterre, la Chine par les royaumes combattants. Les précédentes unions de l’Europe, par l’empire Romain, par Charlemagne, par Napoléon ont toutes été créées par des guerres. 
Le mariage aussi a changé en Occident. Pendant des millénaires il a été fondé sur la convenance sociale et le désir d’avoir des enfants. La pression sociale suffisait à maintenir les couples, l’amour ne paraissait pas nécessaire, et souvent pas même utile. Aujourd’hui l’union repose entièrement sur l’affectif, et se brise si l’attente est déçue. Ce n’est pas une fragilité de la relation, c’est une nouvelle et haute exigence. Celle-ci demande une générosité et une ouverture à l’autre pas toujours présentes. Un très grand amour se construit, il n’est pas entièrement donné par un hasard favorable. Notre monde tâtonne vers l’amour, mais ne l’atteint pas toujours. 

Quelles sont les qualités nécessaires pour vivre heureux dans ce monde nouveau ? Il y en a essentiellement deux.

L’empathie, qui fait comprendre la personne de l’autre, ses désirs, ses convictions, ses attentes. C’est l’empathie qui permet de comprendre, et d’aimer. 
L’autre qualité, c’est l’autonomie de la personne. Pour pouvoir dire « Je t’aime, » il faut pouvoir dire « Je », et non plus « Nous ».
L’autonomie et l’empathie sont précisément ce que les voyages Zellidja ont développé en vous. Vous êtes l’amorce d’un peuple nouveau pour un monde nouveau.