Continent: 
Asie
Nom: 
CLAVIER
Ditlinde
,
2014
,

PRIX JEAN WALTER

Sujet d'étude: 
La permaculture en Thaïlande: corps et âme avec la nature

Il s'agit là d'observer la nature et d'en déduire des fonctionnements afin de comprendre un écosystème et de s'y intégrer au mieux en s'inspirant des mécanismes naturels et en s’y accordant. C’est la base de la permaculture. La meilleure illustration de ce principe pour moi ont été les calculs de Sahai Nan avant de creuser les rizières. Il a d'abord observé soigneusement d'où vient l'eau et où elle va, a cherché à comprendre le fonctionnement naturel de l'irrigation de la vallée afin d'aménager un champ s'y intégrant au mieux, permettant de retenir un maximum d'eau, en accord avec la situation naturelle donnée. Ces précautions distinguent la permaculture de l'agriculture conventionnelle, qui impose presque toujours ses volontés sans tenir compte des spécificités d'un milieu ni même l'observer et chercher à comprendre son fonctionnement. En permaculture, l'agriculteur doit avant tout être un observateur d'écosystèmes. La nature n'est pas un support que l'on façonne à sa guise mais un système complexe qu'il faut d'abord comprendre pour interagir avec lui avec respect et pertinence.
Au Maemut Garden, Marco a l’habitude de prendre de la distance quant à ses lectures sur l’agriculture permacole, partant du principe que faire ses propres expériences et observations l’amèneront plus loin que de suivre à la ligne des théories, puisque la nature, précisément, est bien difficile
à résumer en théories.