Nom: 
PETIT
Morgane
,
2014
,

MENTION Zellidja Education Nationale

Sujet d'étude: 
A la recherche de ceux qui font le cinéma du pays

17 ans, élève en terminale littéraire du lycée Guist’hau de Nantes (Pays de Loire) 
Morgane, dans un carnet de route vivant, illustré et étoffé, retrace ses démarches pour réaliser son étude et  montre également sa découverte des autres, ses interrogations, ses échecs et la manière dont elle les a surmontés. 
Le rapport d’étude comporte  deux documentaires vidéo. Le premier, sur Faro, l’île de Bergman, nous permet de découvrir les sentiments  d’un jeune insulaire s’interrogeant sur son avenir. Le deuxième, «Culturopolis» est le fruit d’une rencontre et nous propose l’interview d’un habitant de Norrköping.  Morgane a, d’autre part, su maîtriser les différents aspects techniques inhérents à l’audio-visuel tout en donnant du corps à son propos, ce qui rend le rapport à la fois agréable à visionner et édifiant quant à la compréhension du cinéma suédois contemporain. 
Son carnet de comptes rigoureux montre que Morgane a toujours eu le souci d’adapter son voyage à ses contraintes budgétaires, grâce au choix d’un mode de transport lent et économe.
L’ensemble laisse apparaître sa détermination à surmonter les difficultés rencontrées sur sa route et son ouverture aux autres. Son rapport fait preuve d'une bonne maîtrise de la langue française, et d'originalité dans la forme.  Transformée par ses expériences, Morgane précise: "j’ai appris à sortir de moi-même […] j’ai découvert le bonheur d’aller vers les inconnus […] ma vie a pris un véritable tournant grâce à Zellidja"    


Thématiques: 

« ...Malgré ces échecs, j’ai beaucoup appris. J’ai même appris grâce à ces échecs. Mes problèmes techniques m’ont donné des réflexes que je n’avais pas avant car j'avais toujours des temps assez confortables pour tourner. Dans le documentaire ou le reportage, il faut se dépêcher pour pouvoir capter. J’ai, aussi, beaucoup appris humainement, j'ai appris à sortir de moi-même. ...même si je n'ai pas eu de réponses à toutes mes questions, j'ai été heureuse à chaque fois que j'avançais. Lorsque je préparais mon voyage je pensais bien plus à mon projet en lui-même qu'aux personnes que je rencontrerai, j'ai découvert le bonheur d'aller vers les inconnus, le bonheur de la période de l'attachement. Chaque habitant chez qui j'ai logé m'a bien plus appris que tout le reste, m'a fait comprendre ce qu'est la Suède. Ma vie a pris un véritable tournant grâce à Zellidja. Je n'ai plus peur d'être ridicule car je sais que nous pouvons tous l'être. Cela me pousse à aller vers les autres plus facilement, à leur parler. Nous sommes tous humains après tout. Nous avons tous cette faculté de comprendre l'autre. Je me sens maintenant grande dans le train. Grande même quand je suis assise dans le train entre Copenhague et Hamburg alors que la première fois, il y a un mois, je me sentais étouffer. J'ai un sentiment paradoxal en moi : c'est la fin de mon voyage, je repars chez moi mais je sens ma liberté plus que jamais. Sans doute parce que j'ai conscience de tout le chemin que j'ai parcouru. »