Continent: 
Océanie
Nom: 
DUBREUIL
Alice
,
2014
,

Sujet d'étude: 
A la rencontre des terres sauvages de l'Australie et de ses premiers habitants

" En allant à la plage de l'île cet après midi, je croise la famille de Willie et Jayvian mon préféré des enfants de l'école. Je ne me lasse pas de le regarder. Il est magnifique avec ses grands yeux noirs et ses longs cils. Il est si doux et rayonnant. Il m'est difficile de trouver les mots justes qui me paraissent grossiers pour le décrire. Parfois il me joue de la guitare en chantant avec sa belle voix innocente d'enfant. Nous allons nous baigner sous la lumière du couché du soleil, boule rouge orangée lumineuse se déposant délicatement au sommet des arbres de l'île. Puis nous allons trouver des huîtres dans les rochers. Je n'ai jamais oser en manger avantet c'est en voyage que nous nous étonnons et que nous expérimentons ce qu'en temps normal nous ne ferions pas. Nous les cassons avec une pierre et les mangeons à même le rocher. Toute la famille est autour du feu faisant griller le poisson tout juste péché. Ils m'accueilllent à bras ouverts et nous repartons dans le 4x4 de Willie, avec autant de population sur le toit qu'à l'intérieur, pour une chevauchée sur les chemins impraticables de la plage. Ce petit bout de famille est vraiment celui qui depuis le début m'a le mieux accueilllit. Chaque moment avec eux est précieux et je les goûte avec émerveillement et étonnement. Jayvian m'appelle "tante", wahou c'est trop fort en sachant ce que représente la famille pour les aborigènes !

Aujourd'hui, en espérant croiser la famille à Jayvian je suis allée sur la plage à 8km sous le soleil. Et bien je n'y ai croisé personne mais j'ai par contre commencer à avoir super faim. Alors j'ai décidé de mettre en pratique les enseignements aborigènes afin de récuperer des forces.  Pas la peine de pécher, je n'ai plus d'hameçon. Je vois les allumerres dans mon sac, elles ont pris l'eau. Je les mets donc à sécher. Pendants ce temps, je pars à la recherche de quelques bestioles à me mettre sous la dent. Je tombe sur un nid d'escargots de mer et récolte quelques petites huitres. C'est inespéré: mes allumettes fonctionnent encore! J'allume un feu et fait griller sur une pierre plate le poulet qui j'avais enmener pour apâter les poissons et mes trouvailles. Quel festin! Délicieux. C'est pas aujourd'hui que je mourrais de faim sur la plage. Ma nourriture croustille de sable mais pour rien au monde je ne l'échangerais. Ce feu fait renaître en moi des sensations qui m'avait quitté depuis quelques temps. Il me rappelle qui je suis, ce à quoi j'aspire , une vie simple qui en fait sa beauté.Ce feu avec ces quelques fruits de met me proccurent un bien être profond. Je n'ai pas besoin d eplus. Il fait renaître ne moi cette confiance que j'ai en le monde, cette certitude d'être sur le bon chemin, quand la vie est si généreuse avec vous."