Continent: 
Asie
Nom: 
GAUTIER
Antoine
,
2013
,

Sujet d'étude: 
Les 2 Corées. Influence de la séparation et désir de réunification en Corée du Sud.

Je suis parti du 31 juin au 4 août en Corée du Sud, soit un mois, sur le thème de la séparation entre Corée du Nord et Corée du Sud. J’ai cherché à comprendre comment cela était vécu par les sud coréens. Comment percevaient-ils les menaces qu’envoit régulièrement la Corée du Nord, et surtout existe-t-il un réel désir de réunification dans la population ? Au fur et à mesure des rencontres j’ai tenté de percer le mystère de ce peuple que j’ai tout de suite apprécié. Malgré les problèmes de communication – j’avais appris à lire le coréen mais hormis les mots basiques je n’étais pas capable de suivre une conversation – j’ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables et qui m’ont beaucoup aidé dans la réalisation de mon étude et dans le déroulement du voyage.

J’ai senti un réel plaisir, spontané, de la part des coréens d’aider les étrangers. Le moment le plus fort du voyage a surement été lorsque j’ai été pris en affection par la caissière d’un épicerie de quartier où je m’étais posé pour écrire mon journal. Après m’avoir fait faire le tour de l’île où nous étions en voiture, j’ai passé un moment à jouer avec sa fille de 5 ans. Moment suspendu dans le temps, où sans connaitre un mot l’un et l’autre nous arrivions à nous comprendre. En sortant du restaurant où nous étions allé pour que sa fille prenne le goûter, cette femme que je connais alors depuis à peine deux heures me donne les clés de sa voiture, me confie sa petite, et me dit « Va m’attendre à la voiture, il faut que je passe à la banque, je reviens dans 10 minutes ». Spontanéité et générosité.

Progressivement j’ai réussi à collecter des témoignages, beaucoup plus nuancés que la situation qui m’avait été décrite. En effet il existe un écart entre les jeunes et les anciennes générations. Pour les plus vieilles générations la réunification n’est pas un choix, beaucoup de ces personnes ont encore un mari, une soeur, des parents en Corée du Nord, dont ils n’ont aucune nouvelle depuis. Les plus jeunes m’ont souvent dit que leur génération ne souhaite pas la réunification, ne voulant pas payer le coût exorbitant que cela engagerait pour la Corée du Sud. Pourtant à l’inverse j’ai rencontré des jeunes pour qui la réunification sera dure mais devra se faire, car la Corée forme une même civilisation, avec une même langue, un même peuple, déchiré par des décisions politiques indépendantes de leur volonté.

Ce deuxième voyage a pour moi une saveur bien meilleure que le premier. Rétrospectivement je pense que j’ai fait au Costa Rica toutes les erreurs que je n’ai pas répétées en Corée. Je suis parti sans trop savoir ce que j’allais faire là-bas, sans contacts en rapport avec mon étude, et je reviens avec des témoignages à la clés et surtout des souvenirs à la pelle. Je partais plein de doutes sur la timidité supposé des asiatiques et je reviens marqué par la générosité des coréens, leur honnêteté et leur hospitalité.