Nom: 
DOUCET
Alice
,
2013
,

Sujet d'étude: 
Piocher dans les histoires : à la rencontre des mineurs Chiliens.

"La route est splendide, à pic dans des courbes sableuses. Les roches grises se découpent dans le sable. Il y a quelque chose de tragique dans ce paysage, d’austère, et d'émouvant aussi. J'ai les mots du "voyage" de Baudelaire dans la tête. On s'arrête à plusieurs endroits pour saluer les camarades 44 morts sur les routes. Une sorte de pèlerinage qu'ils font à chaque passage avec une fidélité impressionnante. Ils commentent sur la route tous les endroits où des collègues à eux se sont tués. On s'arrête d'ailleurs sur un bas côté pour voir un camion benné sur le côté. C'est comme un pèlerinage. La solidarité est forte dans le milieu. Chaque fois qu'il y a un accident la nouvelle se répand et les camionneurs se rendent sur le lieu. 

On échange sur nos pays, on bat le rythme des salsas et cumbia qui défilent à la radio... Et si on 45 allait en Bolivie me dit soudain Milton ? Allons jusqu'où on peut aller ce soir ! Nous voilà donc en route pour la Bolivie. On passe plusieurs valle qui luttent contre les mines pour préserver leurs paysages, leur santé et leur agriculture. "No más minas para que no se muera el Valle"52 . Hector et Jonas me parlent des mines en Bolivie. Elles attirent la curiosité de beaucoup de touristes qui cherchent de l'authentique, du sensationnel, du pittoresque. Milton compare les mines de Bolivie avec celles du Chili : deux pays voisins aux méthodes totalement différentes. On passe la réserve nationale de Lauca où dort le lac Chungara. Splendide. Arrivés à la frontière bolivienne, une jolie file de camions nous attend.

Nous y passerons plus de dix heures ! Les camionneurs sont d'une patience qu'on ne peut troubler. Nous, un peu moins ! On part donc gambader au milieu des Alpacas et Vicunas. Il neige un peu, le paysage est magnifique."